Catégories
Articles

Concours à 300km/h : photographiez dans un train ! (+5 conseils pour photographier vos voyages en train)



Je vais accom­pa­g­n­er un con­cours pho­to à bord d’un train reliant l’Es­pagne à la France. Alors j’en prof­ite pour vous encour­ager à par­ticiper, mais aus­si pour partager avec vous quelques astuces pour pho­togra­phi­er vos voy­ages en train !

Concours photo à bord du Barcelone-Paris !

J’ai la chance d’ac­com­pa­g­n­er le con­cours organ­isé par Renfe-SNCF, comme jury et men­tor et je crois que ça peut vous plaire !

L’idée c’est d’embarquer un groupe fran­co-espag­nol pour pren­dre des pho­tos à bord du train. Et j’au­rai comme mis­sion de vous aider à pren­dre la meilleure pho­to pour, peut-être, gag­n­er l’un des grands prix !

Make it rail !

Le con­cours se déroule en 2 étapes : la sélec­tion des par­tic­i­pants, puis l’épreuve à bord du train.

Pre­mière étape : à par­tir du 29 juin, vous allez pou­voir soumet­tre une pho­to de voy­age sur le site du con­cours, makeitrail. Fin juil­let, le jury sélec­tion­nera 18 par­tic­i­pants et les votes du pub­lic en désigneront 2 supplémentaires.

Deux­ième étape : direc­tion Barcelone en train, pour un con­cours à 300km/h ! Vous avez tout le tra­jet pour laiss­er votre créa­tiv­ité s’ex­primer et réalis­er la meilleure pho­to possible !

Photographier ses voyages en train

La pho­to de train n’est pas réelle­ment un style, mais plutôt un cadre par­ti­c­uli­er qui présente quelques dif­fi­cultés tech­niques, mais offre aus­si de belles pos­si­bil­ités quant aux com­po­si­tions et aux cadrages pos­si­bles ! Alors voici 5 con­seils à pro­pos de la pho­togra­phie dans un train.
(Je garde mes meilleurs con­seils pour les par­tic­i­pants au con­cours, mais, promis, je mets l’ar­ti­cle à jour après avec des astuces de com­po­si­tion et de prise de vue !)

1. Photographier un train ou photographier à bord d’un train ?

Ce n’est pas la même chose ! Mais si vous effectuez un beau voy­age en train et avez envie de racon­ter votre voy­age, je ne peux que vous encour­ager à essay­er de trou­ver, dans votre itinéraire, un moment et un lieu sus­cep­ti­bles de vous per­me­t­tre d’im­mor­talis­er le train dans un paysage typ­ique. Pourquoi ? Parce que cette image com­plètera votre reportage.

Ain­si, vous avez peut-être remar­qué que de nom­breuses ban­des-dess­inées, ou films, com­men­cent par un plan large. On voit le vil­lage au loin, la ville vue de haut, un paysage en drone. Et puis l’ac­tion com­mence. Le cadre se resserre, on se rap­proche du per­son­nage. Bref, on plante le décor. Et un bon reportage, c’est aus­si bien sou­vent un reportage qui s’ar­tic­ule autour d’une vari­a­tion dans les échelles de plans, pour le recul ou la prox­im­ité que ceux-ci offrent au spectateur.

Pho­togra­phi­er le train est sans grande dif­fi­culté tech­nique : c’est une pho­to de paysage, avec, sauf choix con­traire, une vitesse assez élevée pour figer le train (le flou de mou­ve­ment peut être un effet recher­ché, bien sûr !). (Rap­pel des bases de la pho­togra­phie ici !). Les seules dif­fi­cultés, qui n’est sont pas réelle­ment, sont, d’une part, de trou­ver un joli spot où atten­dre le train (et là, les cartes sont vos amies !) et de se pro­cur­er les horaires des trains (his­toire de ne pas atten­dre trop longtemps).

2. Varier les sujets

Pre­mier con­seil sur le fond : le train n’est pas qu’une suite de paysages.

Il y a quelques années, je voy­ageais en Ex-Yougoslavie, et j’ai pris un train superbe en Bosnie. Entre Sara­je­vo et Mostar, j’ai tra­ver­sé des paysages mag­nifiques et j’ai, bien sûr, beau­coup mitrail­lé. Pour­tant, en tri­ant mes pho­tos, j’é­tais très déçue : je n’ai pas pen­sé à pho­togra­phi­er quoi que ce soit d’autre. J’au­rais pu être en voiture, à pied, ou en dro­madaire que mes pho­tos aurait été les mêmes. J’au­rais dû pho­togra­phi­er le com­par­ti­ment, le couloir, pren­dre des détails… Bref, vari­er les points de vue et les sujets pour pou­voir véri­ta­ble­ment racon­ter un voy­age en train au lieu de me con­tenter de mon­tr­er ce que j’ai vu depuis celui-ci. Intéressez-vous aux détails qui font l’âme du train. Aucun train ne ressem­ble à un autre !

Des détails, dans le transsibérien.

3. Intégrer le train dans ses photos

Ce point rejoint directe­ment le précé­dent : il faut con­tex­tu­alis­er. Ce n’est pas n’im­porte quel paysage, c’est un paysage qu’on tra­verse en train. Je vous ai sou­vent par­lé de l’intérêt des pre­miers plans. Hé bien c’est un peu le même principe ! On peut inté­gr­er la fenêtre, essay­er d’avoir l’a­vant du train dans un tour­nant, et tout ça avec le même but : rajouter un degré de lec­ture à l’im­age, et don­ner tout de suite une clef au spec­ta­teur. En effet, avec un paysage clas­sique, com­ment devin­er qu’il est pris depuis un train ?

4. Jouer avec la vitesse

C’est le prin­ci­pal prob­lème auquel vous allez être con­fron­tés : le train avance. Vous allez donc avoir deux pos­si­bil­ités : utilis­er une vitesse d’ob­tu­ra­tion très élevée pour figer le paysage ou, à l’in­verse, pren­dre le par­ti du flou.

Pour la pre­mière option, il va fal­loir faire quelques tests et tout dépen­dra, bien sûr, de la lumi­nosité et de la vitesse du train. Utilisez le mode Pri­or­ité Vitesse, choi­sis­sez une vitesse élevée, des ISO moyens, et essayez de déclencher entre deux arbres !

 

Pour la deux­ième option, cela sera surtout intéres­sant si vous inté­grez un élé­ment fixe (je vous ren­voie au point précé­dent), ain­si on com­pren­dra de suite d’où vient le flou. Là aus­si, passez en Pri­or­ité Vitesse, mais priv­ilégiez des vitesses bass­es pour avoir de beaux flous…

5. Photographier par la fenêtre

Par­fois, on veut pho­togra­phi­er le paysage mais un obsta­cle se dresse entre lui et nous : la fenêtre. Dans la plu­part des pays occi­den­taux, on ne peut pas les ouvrir, et elles nous com­pliquent bien la tâche !
Pour lim­iter les dégâts, l’as­tuce va surtout con­sis­ter à bien pla­quer l’ob­jec­tif con­tre la vitre.

à tra­vers la vitre…

De la même manière, pour éviter les reflets, on évit­era le flash (!) et dans cer­taines cir­con­stances, il fau­dra retir­er l’éventuel fil­tre polar­isant (lorsque les vit­res sont traitées). Si vous regardez les deux pho­tos ci-dessous, vous voyez des tach­es assez dis­gra­cieuses : elles sont causées par le fil­tre (c’est bon à savoir, sinon on cherche longtemps ce qu’il se passe !).

 

Partager sur :