Catégories
Articles

L’Angleterre assouplit ses conditions d’entrée, nouvelle carte et infos

Mediaffiliation

Voyage et Covid : l'Angleterre assouplit ses conditions d'entrée, nouvelle carte et infos Le gouvernement britannique a annoncé un assouplissement des conditions d’entrée en Angleterre pour les voyageurs vaccinés, en supprimant l’obligation pour les personnes entièrement vaccinées de présenter un test Covid-19 négatif à leur arrivée.

Dès le 4 octobre prochain, les voyageurs vaccinés à destination de l’Angleterre n’auront plus besoin d’effectuer un test avant leur départ d’un pays qui ne figure pas sur la liste rouge, a détaillé le ministre des Transports britannique Grant Shapps. Puis fin octobre, le test PCR exigé au deuxième jour après l’arrivée sur le sol anglais sera remplacé par un test antigénique « moins coûteux », a-t-il précisé. Les voyageurs testés positifs devront s’isoler et alors effectuer un test PCR de confirmation, sans coût supplémentaire, qui sera analysé pour identifier de nouveaux variants. En revanche, les voyageurs non-vaccinés de pays non classés en rouge devront subir des tests PCR avant leur départ ainsi qu’aux deuxième et huitième jour après leur arrivée, avec la possibilité de faire un troisième test pour réduire la quarantaine de 10 jours.

De son côté, le gouvernement français actualise tous les 15 jours sa carte des pays verts, orange et rouges afin d’aider les voyageurs français à choisir leur destination de vacances en fonction de la situation sanitaire. La dernière mise à jour est rentrée en vigueur le 12 septembre 2021. Les changements concernent les Etats-Unis et Israël qui étaient sur la liste verte et qui sont passés dans la liste orange. Les voyageurs en provenance de ces 2 pays devront s’ils ne sont pas vaccinés justifier d’un motif impérieux pour se déplacer en France, réaliser un test PCR de moins de 72h avant le départ ou antigénique de moins de 48h. Ils devront également s’auto-isoler 7 jours. Enfin des tests aléatoires seront pratiqués à leur arrivée. Pour les voyageurs vaccinés, les modalités seront les mêmes qu’auparavant : ni test, ni motif impérieux, ni auto-isolement.

Les Etats-Unis restent cependant encore fermés pour les voyageurs français. Depuis août, le gouvernement américain a en effet placé la France sur la liste noire de ses destinations et recommande à ses citoyens de ne pas venir dans l’Hexagone. Oman sort de la liste rouge pour passer en orange. Comme pour Israël et les Etats-Unis, si il n’y a aucune contrainte imposée pour les voyageurs vaccinés, les voyageurs non vaccinés qui souhaitent se rendre en France depuis Oman devront justifier d’un motif impérieux, d’un test PCR ou antigénique et devront respecter l’auto-isolement.

Pour voyager en Europe, il n’est pas nécessaire de justifier du motif de son déplacement, mais des obligations de test préalable et de quarantaine peuvent s’appliquer. Parmi les pays de la liste verte, l’Espagne, le Portugal, Chypre, les Pays-Bas et la Grèce sont mis sous surveillance au sein des pays de l’espace européen, avec un test exigé au départ de moins de 24h pour les personnes non-vaccinées (contre 72h pour les autres pays de cette liste). Les personnes complètement vaccinées (avec un produit utilisé dans l’UE) sont quant à elle exemptées de toute contrainte à leur retour en France, « quel que soit le pays de provenance ». Les voyageurs non-vaccinés doivent quant à eux doivent produire un motif impérieux pour se rendre dans un pays/territoire de la zone orange et de la zone rouge.

Nouvelle carte des pays verts, orange et rouges pour savoir où voyager. © Gouvernement.fr
Les règles à respecter pour les déplacements depuis et vers un pays vert © Gouvernementfr
Les conditions de déplacement depuis et vers un pays orange ou rouge © Gouvernement.fr

Les pays classés en vert : pays et territoires dans lesquels aucune circulation active du virus n’est observée et aucun variant préoccupant n’est recensé. Il s’agit des pays de l’espace européen, auxquels s’ajoutent l’Arabie Saoudite, l’Australie, le Bahreïn, Brunei, le Canada, le Chili, la Corée du Sud, Hong-Kong, le Japon, la Jordanie, le Liban, la Nouvelle-Zélande, Singapour, Taiwan, l’Ukraine, l’Union des Comores, l’Uruguay et Vanuatu.

Si vous arrivez de ces pays-là, plus aucun motif impérieux de visite ne sera exigé de vous. Et vous ne devrez fournir de preuve de test négatif (PCR ou antigénique) de moins de 72h que si vous n’êtes pas vaccinés. Les vaccinés seront, eux, dispensés de test. Les vaccinés sont ceux qui ont effectué une vaccination complète depuis au moins 14 jours à la date du voyage avec les vaccins Pfizer, Moderna, AstraZeneca (et depuis quatre semaines pour le vaccin Johnson & Johnson). Attention ces mesures valent pour les voyageurs français qui souhaitent se rendre là-bas et en revenir, mais aussi pour les ressortissants de ces pays. Malheureusement, les pays verts ajoutent des restrictions pour entrer sur leur territoire ou interdisent même les voyages. La plupart des pays verts hors espace européen cités restent fermés aux voyageurs français pour le moment (Etats-Unis, Australie, Canada, Japon…) .

La liste orange regroupe les pays dans lesquels on observe une circulation active du virus dans des proportions maîtrisées, sans diffusion de variants préoccupants. Il s’agit de tous les pays n’étant pas inclus dans les listes des pays  » verts  » et  » rouges « , par exemple le Royaume-Uni, pour qui une obligation de test de moins de 24h pour les personnes non vaccinées a été ajoutée.

Les voyageurs vaccinés (schéma vaccinal complet) ne sont pas sont soumis au régime des motifs impérieux. Ils doivent présenter, en complément de leur attestation de vaccination, une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection au covid-19 et de contact avec un cas confirmé de covid-19.

Les voyageurs non vaccinés en provenance d’un pays en zone orange doivent présenter un test PCR négatif de moins de 72h ou antigénique négatif de moins de 48h avant le vol. Les enfants de moins de douze ans sont dispensés de test, un motif impérieux pour rentrer sur le territoire métropolitain (la liste indicative des motifs impérieux figure sur l’attestation d’entrée sur le territoire métropolitain), une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection au covid-19 et de contact avec un cas confirmé de covid-19, un engagement sur l’honneur à se soumettre au test antigénique ou à l’examen biologique qui sera réalisé à l’arrivée en France métropolitaine et un engagement sur l’honneur à s’isoler durant 7 jours et un engagement sur l’honneur visant à se soumettre à un examen biologique de dépistage virologique (PCR) à l’issue de la période d’isolement.

Dans les 24 pays classés rouges au 10 septembre 2021, le virus circule activement et la présence de variants est préoccupante. Il est fortement recommandé – mais pas interdit – de ne pas voyager dans les pays en rouge : Afghanistan, Afrique du Sud, Algérie, Argentine, Bangladesh, Brésil, Colombie, Costa-Rica, Cuba, Géorgie, Indonésie, Iran, Maldives, Maroc, Mozambique, Namibie, Népal, Pakistan, République démocratique du Congo, Russie, Seychelles, Suriname, Tunisie et Turquie.

Seuls les voyageurs non-vaccinés doivent produire un motif impérieux pour se rendre dans un pays de la liste rouge. La vérification de l’existence du motif impérieux sera effectuée en France avant le départ. Aucun ressortissant français ou étranger souhaitant regagner son pays de résidence ou d’origine ne sera empêché de quitter le territoire français. Les voyageurs souhaitant se rendre dans un pays de la liste rouge sont invités à se renseigner avant leur départ sur les conditions d’entrée dans leur pays de destination. Au retour de France, une quarantaine obligatoire de 10 jours contrôlée par les forces de sécurité sera à effectuer par les voyageurs non-vaccinés.

Les règles pour voyager dans un pays classé rouge. © Gouvernement.frDepuis le 1er juillet, le pass européen, également intitulé « certificat COVID numérique de l’UE », est entré en application au sein de tous les États membres, avec une période de transition de six semaines. Son utilisation est prévue au plan juridique jusqu’au 30 juin 2022. Il s’applique à trois situations : il atteste qu’une personne a été vaccinée contre le Covid-19, qu’elle a passé un test négatif, ou encore qu’elle est immunisée après avoir contracté la maladie » a affirmé Jean-Baptiste Lemoyne.

Le pass sanitaire européen est disponible sur le site de l’Assurance maladie dédié à la vaccination, Ameli.fr depuis le 25 juin. Si vous êtes d’ores et déjà vacciné, connectez-vous sur attestation-vaccin.ameli.fr/attestation avec vos identifiants ou France Connect et imprimez l’attestation de vaccination mise à jour dans un document de quatre pages ou scannez le nouveau QR code dans l’application TousAntiCovid. Le code-barres vient alors s’installer dans la rubrique « Mon Carnet » dans les certificats.

Concernant les voyages en avion et en train, l’extension du pass sanitaire va entrer en vigueur le 9 août, selon Gabriel Attal. Il faudra présenter son pass sanitaire ou un test PCR négatif pour les vols intérieurs, les trajets en TGV, Intercités et trains de nuit. Les personnels aéroportuaires et des compagnies aériennes en contact avec les voyageurs seront également concernés par cette nouvelle mesure.

Malgré l’allégement de certaines restrictions concernant les voyages, une assurance spéciale Covid est devenue obligatoire dans 34 pays (Algérie, Bénin, Namibie, Seychelles, Russie, Brésil, Chili, Costa Rica, Salvador, Cambodge, Chine, Maldives, Philippines, Thaïlande…). Les autorités des pays concernés imposent une attestation d’assurance avec mention « Covid » garantissant la couverture d’éventuels frais sur place liés à la maladie : quarantaine dans un hôtel, rapatriement sanitaire… Le contrôle du document s’effectuera le plus souvent lors de la montée dans l’avion et conditionne parfois l’obtention du visa.

L’état d’urgence sanitaire a été décrété sur les territoires de la Guadeloupe, de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy, de la Martinique et de La Réunion. Face à la dégradation de la situation en Guadeloupe, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin, en Martinique, en Polynésie et à La Réunion, les préfets, en accord avec le Gouvernement, ont décidé de renforcer les mesures permettant de freiner la progression de l’épidémie. Ainsi, la rentrée scolaire est repoussée au 13 septembre 2021 dans les Antilles (Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin et Saint-Barthélémy) et la zone rouge de la Guyane.

  • Depuis la métropole vers la Guadeloupe, un test PCR négatif de moins de 72h ou antigénique de moins de 48h reste obligatoire pour les passagers vaccinés ou non. S’agissant des voyageurs non-vaccinés, un engagement à un isolement de 7 jours ainsi qu’un test à l’issue de cette quarantaine sont requis.
  • De l’Hexagone vers la Martinique, les motifs impérieux sont obligatoires uniquement pour les personnes non-vaccinées depuis le 21 juillet. Un test PCR négatif de moins de 72h ou antigénique de moins de 48h est obligatoire pour les passagers, qu’ils soient vaccinés ou non. Comme en Guadeloupe, les personnes non-vaccinées doivent s’engager à respecter un isolement de 7 jours.
  • Vers la Réunion, les motifs impérieux sont également obligatoires pour les personnes non-vaccinées. Un test PCR négatif de moins de 72h ou antigénique de moins de 48h reste obligatoire pour tous.
  • Vers la Polynésie, les motifs impérieux sont également obligatoires uniquement pour les personnes non-vaccinées. Pour tous, le protocole sanitaire local s’applique en matière de tests avant l’embarquement et de quarantaine à destination.

Afin de lutter contre la propagation du Covid-19, le gouvernement a allongé la liste des pays pour lesquels la quarantaine est obligatoire au retour en France. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a annoncé que la quarantaine obligatoire de dix jours à l’arrivée en France serait élargie à cinq autres pays. Finalement, cette mesure s’applique à quatre destinations supplémentaires : Bahreïn, Colombie, Costa Rica, Uruguay.

La quarantaine de 10 jours s’impose déjà aux personnes venant des cinq pays suivants depuis le 24 avril : l’Inde, le Brésil, l’Argentine, le Chili, l’Afrique du Sud. Et depuis le 8 mai, à ceux en provenance du Bangladesh, du Népal, du Sri Lanka, des Emirats arabes unis, du Qatar, de la Turquie et du Pakistan.

Les voyageurs arrivant de tous ces pays doivent justifier à leur arrivée d’un test PCR de moins de 36h, ou d’un PCR négatif de moins de 72h accompagné d’un test antigénique négatif de moins de 24h. « Un système de vérification » de l’existence d’un lieu de quarantaine est mis en place et des contrôles du respect de la quarantaine sont effectués au domicile par la police ou la gendarmerie nationales, précise le communiqué. Les contrevenants s’exposent à une amende pouvant aller jusqu’à 1 500 euros.

  • Pour obtenir des informations détaillées sur les destinations françaises accessibles aux Français, rendez-vous sur le site « https://reopen.europa.eu/fr/« .


pub

Partager cet article