Catégories
Articles

10 conseils pour économiser à Noël

Entre les cadeaux, les vacances, les déjeuners, les dîners et les fêtes diverses, Noël va probablement nous coûter une fortune cette année ! Vous pouvez cependant économiser sur beaucoup de choses : il suffit juste d’un peu de temps, de créativité et d’organisation. Suivez nos conseils pour économiser de l’argent à Noël et profiter des vacances sans trop abîmer votre portefeuille…

1. Échangez votre maison

Surtout si vous vivez dans un lieu touristique. Cette année, envisagez l’échange de votre maison avec quelqu’un résidant dans la destination que vous souhaitez visiter. Bien sûr, il est impératif de le faire via des pages web spécialisées et de faire un peu de recherche d’abord pour vérifier que la maison et sa localisation vous conviennent.

2. Faites votre shopping dans les marchés de Noël

Dans les marchés de Noël, vous pouvez souvent trouver des objets originaux et uniques, qui se différencient de ce que l’on trouve en magasins : l’artisanat local, les décorations faites à la main, les plats traditionnels… Si vous voulez faire attention à votre budget, vous pouvez choisir une destination à faible coût mais tout aussi fascinante, surtout à Noël. Telles que Cracovie, Berlin, Dresde ou encore Innsbruck.

3. Faîtes vos cadeaux vous-mêmes…

source : pinterest via Etsy

Les cadeaux pour vos proches et vos amis ne doivent pas nécessairement être achetés : si vous avez du temps devant vous et vous êtes créatifs, vous pouvez essayer de faire quelque chose de vos propres mains. Le recyclage créatif est devenu très à la mode et il existe de nombreux blogs tutoriels qui enseignent comment créer des objets originaux par soi-même. Le soin apporté à créer quelque chose pour quelqu’un de spécial est sans doute l’un des plus beaux cadeaux.

4. Voyagez le 25 décembre et le 1er janvier

Voyager hors des pics vous évitera d’être confronté à la foule et vous pourrez également profiter des tarifs les plus bas, ainsi qu’obtenir une meilleure qualité de services pour un voyage plus détendu.

5. Choisissez l’Europe de l’Est pour aller skier

En Europe de l’Est, l’essentiel est là pour des vacances au sport d’hiver réussies : neige, montagne,… Mais surtout, coût bien moindre qu’en Italie, Suisse ou Autriche. La Slovénie, la Roumanie et la Bulgarie sont les pays les plus prisés auprès des skieurs européens, en particulier, les Borovets, une station bulgare qui semble être la destination la moins chère en Europe en termes de coûts du billet, des prix d’hôtel, et des divertissements sur place. En Slovénie, il y a également des options pour ceux qui ont un budget serré : Krvavec par exemple, qui est une station de ski très populaire.

6. Achetez auprès des producteurs locaux et biologiques

Afin d’économiser sur le coût de vos aliments lors du repas de Noël et du nouvel an, faites vos achats auprès de producteurs locaux. Ces groupes créés par des associations sont des coopératives de producteurs individuels qui fournissent de la nourriture biologique à un prix équitable. En supprimant les intermédiaires, le coût est réduit, et la qualité est meilleure (tout est bio et frais), et de plus cela favorise les producteurs locaux.

7. Gardez un œil sur les offres promotionnelles

Internet est une mine d’or où les offres intéressantes ne manquent pas ! Et même au dernier moment, vous pouvez trouver des bons plans. Une bonne astuce consiste à utiliser Google Alertes : entrez les mots clés qui vous intéressent (par exemple « Londres offres de Noël »), et vous recevrez chaque jour par email la liste des résultats correspondant aux critères de recherche.

8. Faîtes-vous sponsoriser

Si vous avez un blog, vous pouvez essayer de contacter les offices de tourisme ou d’autres organisations pour leur demander de vous offrir un cours de cuisine, une nuit dans un hôtel, une visite dans la ville, etc. en échange d’un article… Ecrivez directement à l’entreprise qui offre le service qui vous intéresse et négociez directement avec eux pour obtenir cet échange gratuit en échange d’un article à leur sujet.

9. Achetez des articles de seconde main

source : pinterest.com

Les accessoires de Noël sont en général assez coûteux : arbre de Noël, décorations, vaisselle. Toutes ces choses que vous utiliserez seulement une fois dans l’année… Donc, si vous voulez économiser sur des détails pour investir vos économies dans les choses les plus importantes, la solution est d’explorer les boutiques vintage et de seconde main. Vous serez surpris de découvrir tant de belles choses, économiques et originales.

10. Faites des recherches approfondies sur la destination avant de partir

Être familier avec la ville, c’est aussi s’informer de manière détaillée sur les bons plans pour vivre au meilleur coût : musées gratuits, transports moins chers, quartiers à faible coût, petits restaurants touristiques …


OhMyGlobe ! – Le blog de voyage d’Opodo

Catégories
Articles

10 conseils OPODO pour bien choisir son séjour « détente et bien-être » !

Larguer les amarres le temps d’une semaine, d’un week-end ou même d’une journée… S’offrir du temps rien que pour soi dans un cadre serein et privilégié… Chasser le stress, la routine, déconnecter et se refaire une santé… Les séjours détente et bien-être sont faits pour ça. Ils ont le vent en poupe, en France et ailleurs, et rallient de plus en plus d’adeptes, séduits par cette nouvelle façon de voyager. Encore faut-il ne pas se tromper dans ses choix…

1/ QUI FAIT QUOI ?

Thalassothérapie, thermalisme, : on a souvent tendance à tout mettre dans le même panier. Mais attention, ce n’est pas la même chose ! Petit rappel pour ne pas s’emmêler les pinceaux : la thalasso exploite les bienfaits du milieu marin (eau de mer, algues, boues, sables…) dans un cadre médicalisé, la balnéo utilise les vertus de l’eau douce. Le thermalisme utilise les eaux minérales à des fins thérapeutiques. Enfin, les spas privilégient le bien être et la détente à travers des soins de beauté, la relaxation et des traitements divers.

2/ QUELLE CURE POUR QUEL BESOIN ?

Certaines cures peuvent vous permettre d’atteindre vos objectifs santé et proposent des programmes personnalisés. Il y en a presque pour tous les goûts : pour arrêter de fumer, pour retrouver la ligne, pour lutter contre le mal de dos, le stress, pour les femmes enceintes ou pour celles qui viennent d’accoucher…

3/ FEUILLE DE SOINS POUR CERTAINS

Certaines cures en France peuvent être en partie remboursées par la sécurité sociale, sur la base de prescriptions médicales très précises (asthme, allergies, rhumatismes, mal de dos). Il ne faut donc surtout pas hésiter à se renseigner auprès de son médecin traitant.

4/ ON PART QUAND CELA NOUS CHANTE

L’avantage avec ce genre de séjoursest de pouvoir partir n’importe quand dans l’année puisque la majeure partie des soins se déroule en intérieur. Si en revanche, on souhaite en profiter pour peaufiner son bronzage, il faut bien évidemment s’accorder au climat et aux saisons. De plus, les prix varient entre basse et haute saison.

5/ DES PRIX POUR TOUTES LES BOURSES

Les bonnes affaires se font bien entendu hors saison où les prix peuvent être divisés par deux. Petit bémol : le nombre d’activités sur place l’est aussi ! Certains pays comme la Tunisie se sont spécialisés dans des séjours thalasso bon marché : pour environ 300 euros la semaine, on peut s’offrir une cure à n’importe quel moment de l’année.

6/ LE GRAND JEU

Thalasso peut bien sûr rimer avec luxe. Bon nombre d’établissements de prestige en Normandie, sur la côte Basque ou la côte d’Azur allient hôtellerie de luxe et thalasso tout en assurant un savoir-faire reconnu et innovant. Les prix sont à la mesure des services : élevés, aux alentours de 300 euros par personne pour un seul week-end pour des prestations basiques. Mais les places sont chères et il vaut mieux réserver longtemps à l’avance.

7/ OU PARTIR EN THALASSO EN FRANCE ?

Qui dit thalasso, dit mer, et donc côtes françaises. Il faut donc choisir en fonction de ses envies : le sud pour le soleil et, éventuellement la chaleur, l’ouest et le nord pour le climat vivifiant.

8/ OU PARTIR A L’ETRANGER ?

Le Maroc et la Tunisie sont les destinations phares pour allier dépaysement et prix attractifs à quelques heures de la France. Cela permet de cumuler tourisme et détente en alternant soins et découverte du pays. Ailleurs dans le monde, la plupart des grandes destinations (Bali, Maldives, Ile Maurice, Brésil…) surfent sur la vague du spa. Des hôtels de plus en plus nombreux proposent des séjours incluant des soins en spa. Les prix sont souvent en conséquence : chers… Mais si on peut se le permettre, cela vaut vraiment le coup !

9/ COMBIEN DE TEMPS PARTIR ?

Pour obtenir des résultats durables, avec l’encadrement d’une équipe spécialisée, un séjour d’au moins une semaine est indispensable. Mais rien n’empêche de s’offrir un petit week-end thalasso à concevoir comme une parenthèse enchantée et relaxante, idéale pour repartir du bon pied. Les vertus d’une journée de soins en spa peuvent être tout aussi bénéfiques à un niveau personnel. Idéal pour faire un break et ne penser qu’à soi. A faire seul ou, pourquoi pas, à deux.

10/ DANS SA VALISE…

Il va de soi qu’on n’oublie pas son maillot de bain ! On évite cependant le bikini riquiqui et/ou fashion pour les soins et on mise davantage sur le maillot solide, résistant aux bains multiples, aux jets et remous en tout genre. Mieux vaut penser confort avant tout, pour être à l’aise et se relaxer totalement. Peignoirs, bonnet de bain, claquettes de piscine et serviettes sont généralement fournis sur place. Reste à prévoir, pourquoi pas, des vêtements souples et légers en coton –plus sympas qu’un survêt- pour circuler au sein de l’établissement.

Retrouvez aussi les autres articles liés à : Tunisie


OhMyGlobe ! – Le blog de voyage d’Opodo

Catégories
Articles

10 conseils pour partir en vacances avec un enfant en toute sérénité !

Pour que les vacances avec vos enfants ne tournent pas au cauchemar et que les parents profitent eux aussi du séjour, un minimum d’organisation est nécessaire ! Quelques astuces et conseils pour voyager serein avec un ou des enfant(s) :

1/ Se renseigner sur les services spéciaux avant de prendre l‘avion :

Il est bon de savoir qu’un bébé peut voyager en avion dès l’âge de trois semaines. Certaines compagnies aériennesprévoient des repas spéciaux et mettent des berceaux à disposition. Mais attention, le nombre est souvent limité ! Il faut donc en faire la demande lors de la réservation et, quoi qu’il en soit, avant le départ pour en profiter selon les disponibilités. De même, bien souvent, on profite de l’embarquement prioritaire proposé aux familles à l’aéroport.

2/ Bien veiller aux tarifs spéciaux :

Les enfants de moins de deux ans ne disposent pas d’un siège individuel, mais voyagent sur les genoux des parents. Dans ce cas, ils paient en général 10 à 20% du tarif normal. Les enfants âgés de 2 à 11 ans paient, quant à eux, 30 à 50% du tarif normal en moyenne.

3/ L’indispensable avant de partir :

Avant le départ, il faut s’assurer que l’enfant possède bien tous les documents exigés par les services de douanes, d’immigration… En effet, même un bébé doit être en règle pour embarquer et respecter les mêmes formalités qu’un adulte (passeport et visa) si nécessaire pour le pays de destination ou de transit. De même, il faut impérativement faire le point sur les vaccinations recommandées et ne pas oublier une trousse à pharmacie avec tous les médicaments classiques et les ordonnances correspondantes en cas de contrôle à l’étranger.

4/ L’essentiel à mettre dans la valise :

Une valise spéciale pour les enfants est la bienvenue. Si on part sous les tropiques, ne surtout pas oublier chapeau, lunettes de soleil, écran total, brumisateur et, pourquoi pas, un petit parasol en cas d’excursion sur une île déserte. Si le bambin ne sait pas nager, emporter brassards ou bouée qu’il n’est pas toujours facile de se procurer sur place. S’il s’agit d’un bébé, prévoir des briques individuelles de lait spécial et des petits pots, facilement transportables. Un stock de gâteaux et bonbons n’est pas non plus superflu !

5/ Que prendre en cabine ?

Sur les vols long-courriers, les poussettes-cannes pliantes peuvent être acceptées en cabine. Mais pour les plus petits, il est cependant préférable d’opter pour le porte-bébé, beaucoup moins encombrant et surtout plus pratique pour les « balades » sur place, notamment dans certains pays où il a peu de trottoirs et une circulation dense. Dans l’avion, rassembler dans un sac à dos, tout ce dont bébé a besoin : changes, couches, lingettes, mouchoirs, vêtements chauds et confortables ainsi que quelques friandises, parce que c’est quand même les vacances ! Enfin, pour passer le temps, ne pas oublier d’emporter quelques jeux, pour occuper l’enfant pendant le voyage et si possible non bruyants !

6/ Quelques astuces en plein vol :

Pour atténuer les effets de la dépressurisation, penser à donner à l’enfant une sucette, un biberon ou un bonbon, au moment du décollage et de l’atterrissage, cela l’aidera à supporter cette étape, parfois pénible. Comme l’air en cabine est très sec, il ne faut pas hésiter à le faire boire beaucoup, et pourquoi pas lui donner des sodas s’il a la nausée. Attention, les nouvelles règles de sécurité interdisent les liquides, on peut alors prévoir un biberon vide à remplir le cas échéant dans l’avion.

7/ Pour bien démarrer son séjour : Lorsque l’on voyage avec un enfant, il faut prendre en compte la durée du voyage et le décalage horaire. Si on part loin, prévoir quelques jours à l’arrivée pour permettre à l’enfant de s’adapter en douceur aux changements de cadre, à la nourriture et au climat… Et surtout l’aider à retrouver son rythme de sommeil !

8/ Vacances = repos :

Lors d’un voyage à l’étranger et particulièrement avec des enfants, pourquoi ne pas se fixer plusieurs jours au même endroit plutôt que [multiplier les destinations ? Cela permet de rayonner autour de ce point de chute et d’alterner visites et activités avec périodes de repos et détente. Les enfants vous en seront reconnaissants… Et vous aussi !

9/ Activités ludiques contre visites didactiques :

De même, avec des enfants en bas âge, privilégier des endroits avec des sites naturels (mer, parcs, montagnes…). Ils préfèreront sans doute faire un mini-safari ou du bateau plutôt que de crapahuter dans les ruines ou visiter des musées toute la journée !

10/ Pour respirer un peu :

En cas de voyage organisé, se renseigner sur l’existence ou non d’un mini-club dans l’hôtel. Bon à savoir : la plupart d’entre eux n’accueillent les enfants qu’à partir de 4 ans. Néanmoins, certains hôtelsdisposent d’un service de baby-sitting payant. Pour des vacances en bord de mer, opter pour la demi-pension ou la pension complète, plus pratique et surtout moins contraignante.


OhMyGlobe ! – Le blog de voyage d’Opodo

Catégories
Articles

Bagages : Les 10 conseils Opodo !

Que vous voyagiez vers une destination lointaine ou que vous restiez en France, retrouvez toutes nos astuces et tous nos conseils pour que la préparation de vos bagages ne soit plus un fardeau !

1 – Bien se renseigner sur les franchises des compagnies aériennes : Parce que chaque compagnie, qu’elle soit régulière, charter ou encore low cost, dispose de sa propre réglementation, il est conseillé de se renseigner avant le départ. Toutefois, le poids d’un bagage autorisé par personne en soute est en général de 20 kg en Europe et les dimensions du bagage ne doivent pas excéder 56x45x25 cm. Quant au bagage à main, il ne doit pas outrepasser les 12 kg. Pour les États-Unis, une franchise supplémentaire est autorisée, et un total de deux bagages d’un poids moyen de 23 kg est très souvent accordé.

2 – Certaines franchises ont des clauses particulières : Si on voyage en classe affaire ou en première, on peut souvent obtenir un bonus de 10 kg supplémentaires. Pour les grands voyageurs, les programmes de fidélisation autorisent gratuitement 5, 10 voire même 20 kg en fonction du nombre de miles détenus. En cas de dépassement de la franchise, le surpoids est alors facturé et le montant varie selon les compagnies aériennes et les destinations. Il est donc impératif de se renseigner en amont.

3 – Optimiser le poids des bagages : Pour un séjour à l’hôtel, pourquoi ne pas vérifier que les serviettes, les gels douches ou encore le sèche-cheveux sont bien à disposition ? Pour un voyage plutôt « routard », il faut prévoir un encombrement minimum avec des vêtements en coton léger qui sont facilement lavables, par exemple. Et en cas de départ prolongé, chaque kilo compte, que ce soit dans l’avion ou bien après… sur le dos !

4 – Pour les objets encombrants ou spéciaux : Il faut impérativement se renseigner au moment de la réservation avant d’embarquer avec un landau, un vélo, une chaise roulante etc., car ces articles sont, bien souvent, soumis à des régimes spéciaux. Selon les compagnies, certains sont inclus dans la franchise bagages ou font l’objet d’un tarif spécial en supplément. Les compagnies aériennes ayant des quotas à respecter doivent donner une autorisation au préalable. Il faudra alors fournir les dimensions exactes de l’objet et le présenter dans un conditionnement adapté.

5 – Pour les objets un peu « particuliers » : Le transport d’un instrument de musique volumineux comme un violoncelle ou une contrebasse fait parfois l’objet d’un tarif spécial car un siège est spécifiquement réservé ! Chasseurs et tireurs professionnels, il faut savoir que les armes à feu ne sont acceptées qu’en soute mais pas sur tous les vols. Même avec une autorisation de la compagnie, il faudra s’attendre à fournir une foule de documents : permis de port d’arme, autorisation de transport…

6 – Transport des liquides en bagage à main : Des restrictions très strictes concernent les passagers qui embarquent sur un vol au départ de l’Union Européenne et de l’Islande, la Norvège ou la Suisse, quelle que soit la destination. Liquides, pâtes, gels et aérosols ne sont autorisés en cabine que si le volume du contenant ne dépasse pas 100 ml ! Qu’ils soient en pots, en bouteilles ou en tubes, ils doivent être placés dans un sac en plastique transparent, refermable par zip ou pression, d’un format de 20×20 cm maximum et ne dépassant pas 1 litre. Un seul sac est autorisé par passager et il devra être présenté séparément lors du passage au contrôle de sécurité.

7 – Quelques exceptions toutefois : Elles concernent les aliments pour bébé, nécessaires pendant le vol. Les biberons de plus de 100 ml sont autorisés mais il peut être demandé de prouver leur authenticité en les goûtant ! Quant aux médicaments liquides, ils sont acceptés à condition seulement de présenter une prescription médicale à son nom (ordonnance, certificat d’un pharmacien). Enfin, les produits achetés après les contrôles de sécurité, dans les « duty free » et à bord de l’avion, sont autorisés, mais ils devront être placés dans un sac en plastique transparent scellé.

8 – Les objets interdits en cabine comme en soute : En cabine, interdiction formelle de transporter des armes à feu, aussi bien de guerre que de défense, de tir que de chasse, de foire que de collection… Idem en ce qui concerne les imitations d’armes ! Armes blanches (couteaux, épées, rasoirs à manches, bâton de ski…) et objets contondants (batte de base ball, club de golf, marteau, tournevis…) sont prohibés. Il faudra donc penser à laisser le zippo à la maison et à placer son opinel fétiche dans les bagages qui voyagent en soute, au risque de se les voir confisquer. Les substances et matières dangereuses (munitions, pétards, essence, gaz…) sont aussi bien interdites en cabine qu’en soute.

9 – Limiter les risques du transport : Même si on n’estime qu’à 2% le nombre de bagages égarés par les compagnies, la probabilité d’en faire partie n’est pas totalement négligeable ! La seule solution pour éviter ce désagrément serait de n’emporter qu’un bagage à main, mais ce n’est pas toujours facile selon les destinations et la durée du séjour sur place ! La règle de base est donc d’étiqueter chacun de ses bagages avec ses coordonnées complètes et garder sur soi les objets essentiels et précieux, comme les papiers d’identité, l’appareil photo ou encore les bijoux. Penser aussi à prendre une mini trousse de toilette et pourquoi pas des vêtements de rechange peut être aussi une bonne idée ! Pour un départ à plusieurs, il est même recommandé de répartir vêtements et objets dans chacune des valises, au cas où l’une d’entre elles s’égare. Chacun aura alors un minimum d’affaires pour commencer ses vacances !

10 – Que faire en cas de perte ou de détérioration ? Si les bagages répondent absents ou arrivent en lambeaux sur le tapis, il faut impérativement porter plainte auprès du service bagages de la compagnie aérienne en remplissant le formulaire fourni dans l’aérogare d’arrivée. A savoir : la Convention de Montréal, qui fait loi dans le transport aérien des bagages, laisse au voyageur un délai de 21 jours pour déposer sa réclamation. Si la compagnie ne restitue pas rapidement les bagages, il faudra alors envoyer le formulaire au service clients de la compagnie aérienne avec la photocopie du billet d’avion, les reçus des cartes d’embarquement ainsi qu’une lettre précisant les détails des objets perdus (avec factures si possible) pour établir une indemnisation. La Convention limite cependant son montant à 1 200 euros par passager. Si les bagages ont plus de valeur, il faut alors opter pour une assurance contre la perte ou le vol avant même de partir !


OhMyGlobe ! – Le blog de voyage d’Opodo

Catégories
Articles

Les 10 conseils Opodo Pour partir sous les tropiques en hiver

Le ciel bleu, le soleil et la mer en hiver ? Rien de tel pour illuminer le moral et lutter contre le stress et la fatigue. Mais même si on part le cœur et l’esprit légers, ravi de faire quelques envieux, certaines précautions sont à prendre pour passer des vacances de rêve.


Idées voyage

OhMyGlobe ! – Le blog de voyage d’Opodo