Skip to content

13 octobre 2013

Dublin, la ville de l’éternelle jeunesse

Dublin (Baile Átha Cliath en gaëlique irlandais) est à la fois la capitale et la plus grande ville d’Irlande. A la fois centre historique, politique, artistique, culturel, économique et industriel de l’île, Dublin est une ville dynamique et attrayante. En l’espace de 50 ans, elle a connu un formidable essor et s’est transformé d’une ville vieillotte et un peu triste en une cité riante et dynamique dont le succès auprès des touristes le temps d’un week-end ne se dément pas.

Bercée par l’atmosphère conviviale typiquement irlandaise, cette cité à taille humaine défie le XXIème siècle poussée par l’enthousiasme d’une population jeune et cosmopolite.

Réputée pour sa richesse culturelle, Dublin fourmille de Pubs, théâtres, cinémas, galeries d’art et ateliers d’artistes. Temple Bar (Barra an Teampaill en irlandais) est le quartier du centre historique dédié aux sorties et au shopping grâce à sa multitude de bars, restaurants et boutiques. Imprégnez-vous de la convivialité toute celtique en partageant l’irrésistible Guinness, une bière brassée coulant à flots dans les authentiques pubs irlandais.

Les Dublinois sont réputés accueillants et chaleureux, un brin espiègle mais toujours solidaires. Séduit par eux, le célèbre romancier et dublinois James Augustine Aloysius Joyce, publia « Les Gens de Dublin » et « Ulysse », des chefs d’œuvres où il ne cesse d’évoquer Dublin et le caractère hospitalier de ses habitants. Dublin inspira également des grandes figures littéraires dont Oscar Wilde, Butler Yeats ou encore Samuel Beckett.

Si Dublin ne présente pas de trésors architecturaux monumentaux, elle n’en possède pas moins un charme authentique et des rues colorées où il fait bon vivre. Le quartier Georgien présente de belles maisons aux portes laquées dont les couleurs égaillent les murs de briques. Les ruelles médiévales près du château sont également à découvrir. La capitale peut toutefois s’enorgueillir de proposer aux visiteurs les chefs d’œuvres nationaux avec la présence des plus grands musées et galeries d’art du pays : Le « Trinity College », université réputée qui conserve le livre de « Kells », l’un des plus somptueux manuscrits à enluminures du monde, la « Chester Beatty Library » qui possède de nombreux livres anciens et rares, dessins et gravures, la « National Gallery of Ireland », « l’Irish Museum of Modern Art » et bien d’autres…

Une brève histoire de Dublin :

« Dubh Linn » est le nom gaélique de Dublin, que certains traduiraient par « mare noire »… Implantée à l’embouchure de la rivière Liffey, Dublin fût anciennement un port viking. En 1014, la bataille de Clontarf mit fin à cette domination et fit place aux Normands qui fortifièrent la ville et le château en 1169. En 1171, Henry II alors Roi d’Angleterre prit la tête de la cité portuaire en établissant son siège dans le château de Dublin. Naquit ainsi « The Pale » (la clôture) divisant Dublin avec le reste du pays. Les habitants se voient ainsi obligés de s’isoler pour éviter la menace des autochtones voisins. Au XVIIème siècle, le révolutionnaire anglais Cromwell écrasa les rebelles irlandais qui tentèrent de renverser le gouvernement anglais. Nommé Gouverneur général d’Irlande, il prit le pouvoir à Dublin. Jusqu’au XVIIIème siècle, la ville connut alors une période de prospérité. Toutefois, en 1800, « l’Act of Union » abolit le Parlement irlandais et ouvrit une nouvelle phase de déclin. Grand meneur d’hommes, O’Connell se battu tant bien que mal pour l’abolition de l’Union mais la Grande Famine et la répression anglaise finirent par plonger la population dans une grande misère.

Dublin connaît alors un sursaut nationaliste qui marque le début du combat pour l’indépendance. En 1916, les nationalistes réclament la création de la République d’Irlande au cours du soulèvement de Pâques, insurrection durement réprimée qui mit la ville à feu et à sang. Toutefois, en 1921 le traité d’indépendance pour 26 comtés est signé et permet la création du nouvel État formé, la République d’Irlande.

A voir et à faire :

– Château de Dublin

Bâti sous le règne de Jean d’Angleterre, le château de Dublin remplaça l’ancienne forteresse viking et servit de siège au gouvernement britannique jusqu’en 1922. Depuis sa création, l’édifice connut de multiples transformations et réaménagements, notamment au XVIIIème et au XIXème siècle. Seule la Round Tower fût épargnée. Au cours de l’histoire, le château de Dublin fit l’objet de nombreux évènements dont le soulèvement de 1916. Aujourd’hui, il est le théâtre de multiples cérémonies officielles telles que l’investiture du Président de la République. L’une des salles du château a d’ailleurs accueilli les accords de paix avec l’Irlande du Nord en 1998. Concerts et conférences y sont également organisés avec de nombreuses salles ouvertes au public.

– Trinity College

Créée en 1592 par la reine Elisabeth 1er, le « Trinity College » est la plus ancienne université de Dublin. Conçue sur le modèle d’Oxford et de Cambridge, l’établissement acceptait uniquement les étudiants masculins et protestants. Depuis elle se veut être pluriculturelle. L’école forma de grands noms du milieu littéraire en passant de Jonathan Swift à Oscar Wilde. Une partie du collège renferme la « Old library » où sont conservés les plus anciens livres manuscrits d’Irlande. Grand de 19 hectares, le campus actuel est constitué de bâtiments historiques et de constructions récentes. Une visite s’impose !

– La cathédrale Saint-Patrick

Située à Dublin, la cathédrale Saint-Patrick fût bâtie au XIIème siècle sur un ancien lieu de culte celte. Elle se situe à la source même, où le saint patron « Patrick » baptisa ses fidèles, devenant par la même occasion le Saint Patron de toute l’Irlande célébré jusqu’en Amérique par les descendants des émigrants irlandais. Depuis, l’édifice fut rénové grâce à l’aide financière de Benjamin Guinness en 1980.

– La prison de Kilmainham

La prison de Kilmainham fut construite au 18ème siècle à Dublin. Longtemps considérée comme une « prison modèle » permettant d’isoler et d’espionner les prisonniers, elle servit essentiellement aux Anglais lors de l’époque victorienne. Nationalistes et indépendantiste irlandais y furent emprisonnés à tour de rôle et les leaders de l’Insurrection de Pâques de 1916, exécutés. Aujourd’hui, la prison est désaffectée et sert de musée ainsi que de décor pour des tournages de films. Abandonnée durant longtemps, elle fut restaurée et devint un musée de l’histoire du nationalisme irlandais. Des visites guidées y sont organisées.

– A proximité de Dublin

Il ne faut pas oublier que l’Irlande est une île relativement petite et qu’en quelques heures de voiture on peut se retrouver sur la côte Ouest et ses paysages pittoresques et tourmentés. Toutefois, à moins d’une heure de la capitale en transports en commun, on peut s’offrir de belles excursions à la journée ! Vers le Sud, Glendalough propose un itinéraire avec une superbe marche de 3 heures en pleine nature entre montagne, lac et vallée et au passage la découverte du vieux monastère et son cimetière moyenâgeux. Au Nord de Dublin, Malahide, la banlieue chic, dévoile une autre facette de la capitale, avec sa plage, ses maisons cossues et surtout son célèbre château et son magnifique domaine.

Retrouvez aussi les autres articles liés à : Irlande, Idées voyage


OhMyGlobe ! – Le blog de voyage d’Opodo

Partager sur :