Skip to content

5 juin 2012

5 choses que vous ne savez pas sur la Chine branchée

Depuis la France, la Chine et ses habitants renvoient une image obsolète, qui ne correspond plus du tout à la réalité : dans son ouvrage La Chine branchée, Véronique Michel nous fait découvrir les nouvelles coutumes des Chinois d’aujourd’hui.

Le langage SMS version chinoise

Alors que les jeunes Français utilisent un langage composé d’abréviations et de fautes d’orthographes volontaires façon « slt cmt tu va ? », les jeunes Chinois utilisent une technique à base de chiffres. En effet, la plupart des chiffres se prononcent comme des caractères chinois, ce qui permet de s’envoyer des SMS avec des messages cachés. Ainsi, 4242 signifie « d’accord ! », 521 signifie « je t’aime » et 886 se prononce pratiquement comme « Bye bye ».

Les buzz Internet dans le langage quotidien

Plus de 500 millions de Chinois sont aussi internautes, et une véritable culture s’est mise en place autour des « buzz ». Des expressions de la vie quotidienne sont issues de vidéos vues par des millions de personnes : par exemple, depuis qu’un passant interviewé par un journaliste a déclaré « je vais acheter de la sauce soja » pour ne pas avoir à répondre à une question, la phrase est restée dans le vocabulaire de tous les jours et on l’utilise pour dire « ce ne sont pas mes oignons ».

Le détournement de marques

Dans la plupart des pays du monde, on appelle ça de la contrefaçon. En Chine, c’est un phénomène de mode que d’acheter des produits de fausses marques qui ressemblent à de vraies marques. Les jeunes trouvent ça amusant de porter des Adidos, d’avoir un Hiphone, un téléviseur Tony ou encore d’aller manger au KFG.

Des légendes qui tiennent bon

Même si la jeune génération est très « branchée », on remarque que certaines traditions ne se perdent pas. Le mariage et les histoires d’amour sont toujours très liés à la notion de destinée. Le « Cupidon » chinois est, selon la légende, un vieillard qui attache les chevilles des futurs époux à l’aide d’un fil de soie rouge…

L’avènement des « tribus »

En réponse à un film culte, à une situation sociale ou économique fréquente, à une série télévisée, à une nouvelle technologie, etc., des groupes de jeunes gens se reconnaissent aujourd’hui comme appartenant à des « tribus ». Ils se rassemblent en fonction de leur façon de parler, de travailler, de leur mode de vie : il en existe des dizaines sur lesquelles se penche Véronique Michel, l’auteur du livre.

La Chine Branchée

De Véronique Michel

chine branchee couv
Partager sur :