Catégories
Articles

Ryanair fait passer un test de langue aux passagers sud-africains pour prouver leur nationalité


pub

L’Afrique du Sud a officiellement émis des protestations contre la low cost Ryanair, qui impose un test de langue en afrikaans à ses passagers sud-africains pour qu’ils prouvent qu’ils sont bien sud-africains.

« Qui est l’actuel président sud-africain ? », « Quel est le code téléphonique international de l’Afrique du Sud ? »… sont les questions du test en en afrikaans. Ryanair reconnaît avoir exigé des Sud-Africains souhaitant se rendre en Grande-Bretagne qu’ils répondent avant le vol à un court questionnaire « à cause de la forte proportion de passeports sud-africains frauduleux ». Les voyageurs incapables de répondre se voient interdits d’embarquer et obtiennent le remboursement intégral de leur billet.

La low cost irlandaise s’en explique en rappelant que toute compagnie aérienne débarquant un passager avec un faux passeport au Royaume-Uni encourt une amende de 2 000 livres : « C’est pourquoi Ryanair doit s’assurer que tous les passagers (en particulier les citoyens sud-africains) voyagent avec un passeport/visa sud-africain valide, comme l’exige l’immigration britannique ».

Langue des descendants des colons d’origine néerlandaise, l’afrikaans est l’une des 11 langues officielles en Afrique du Sud, mais elle n’est parlée que par environ 13% de la population, et reste profondément associée au souvenir de l’Apartheid.

«Nous sommes interloqués par la décision de cette compagnie aérienne parce que [le gouvernement sud-africain] communique régulièrement avec toutes les compagnies aériennes pour les tenir au courant de la façon de valider les passeports sud-africains», et met à leur disposition un centre d’appel fonctionnant 24h sur 24 pour les aider, a déclaré le ministère de l’Intérieur sud-africain dans un communiqué. « Il est difficile de dire dans quelle mesure [Ryanair] a eu recours à ces services avant de recourir à ce système de profilage arriéré », a ajouté le ministère.



Partager cet article