Catégories
Articles

Interview exclusive de Jean-Bernard Carillet, rédacteur du Lonely Planet

Amis voyageurs, nous vous avons dégoté une interview exclusive de Jean-Bernard Carillet, un grand passionné du voyage et de la photographie. Auteur pour les guides Lonely Planet, il revient sur son parcours des plus exotiques et nous fait voyager le temps d’un article…

Bonjour Jean-Bernard, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Je suis auteur de guide de voyages pour les guides Lonely Planet depuis 1996, et je travaille également pour la presse magazine, dans le domaine du voyage et du tourisme. J’ai aussi une activité photographique. A ce jour, j’ai voyagé dans 94 pays sur tous les continents, et je ne compte pas m’arrêter là. J’ai une formation universitaire (études d’échanges internationaux, de langues et de traduction). Parallèlement à mes études, j’ai suivi une formation de moniteur de plongée sous-marine, l’une des mes grandes passions – c’est elle qui en grande partie m’a ouvert les portes de Lonely Planet, puisque ma première contribution a été la mise à jour du guide sur la Polynésie française, un territoire que je connaissais déjà bien après y être allé pour la plongée.

Votre travail fait rêver … mais quelles sont les qualités pour devenir un bon rédacteur ?
Il n’y a pas de parcours type ni de profil vraiment déterminé. La plupart des auteurs ont cependant pour dénominateur commun d’avoir une expérience préalable des médias, des compétences journalistiques et rédactionnelles et, bien entendu, de solides références en matière de voyages. Idéalement, il faut se prévaloir de compétences généralistes et aussi de domaines de spécialité – par exemple la gastronomie, les activités outdoor, l’architecture, les langues… Bref, un bon auteur est à la fois sportif, bon vivant, cultivé, doué de bon sens et polyglotte ! Et bien sûr, il est indispensable de partager l’univers et les valeurs de Lonely Planet : intégrité, indépendance et ouverture d’esprit, originalité, passion, rigueur et un regard sur le monde un brin décalé.

Sans quel objet ne pourriez-vous vraiment pas voyager ?
Je n’ai pas d’objet fétiche. Les objets que j’emporte toujours avec moi sont liés à mon activité d’auteur – carnet de notes, téléphone portable, ordinateur, appareil photo.

Mais au fait quand on est rédacteur de guide de voyage on part où en vacances ?
J’évite les lieux trop courus, j’aime bien la tranquillité pour pouvoir recharger les batteries. Mes dernières vacances : Seychelles, pays baltes, safari Kenya/Tanzanie, Lozère. En projet : la Macédoine ou la Slovaquie. Je reviens également très régulièrement en Lorraine, ma région d’origine, pour me ressourcer.

Et si vous deviez conseiller une seule destination ce serait laquelle et pourquoi ?
Bon nombre de gens rêvent d’un paradis insulaire, et imaginent que leur rêve est inaccessible, notamment sur le plan financier. En réalité, on peut se faire plaisir sans se ruiner. L’exemple des Seychelles est là pour le confirmer : la destination est beaucoup plus abordable qu’on ne l’imagine ! Il faut prendre le temps de se renseigner, lire les guides, qui fourmillent de bons plans. Quant à la plus belle destination du monde, celle qui cumule le plus d’avantages, je pense que c’est la Corse… Indétrônable !

Retrouvez les guides Lonely Planet sur www.lonelyplanet.fr


OhMyGlobe ! – Le blog de voyage d’Opodo

Catégories
Articles

INTERVIEW KIDS TROTTEURS

Aujourd’hui, Opodo a décidé de vous faire découvrir le projet Kids Trotteurs.

Chaque mercredi, ce blog de voyage dédié aux enfants vous propose des reportages ludiques aux quatre coins du globe. Passionnés de voyage et de culture, les Kids Trotteurs parcourent le monde à la découverte des biens et sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Nous avons décidé de leur offrir un coup de projecteur afin de vous faire découvrir leur passion du voyage et de la jeunesse !

Aujourd’hui, Opodo a décidé de vous faire découvrir le projet Kids Trotteurs . Chaque mercredi, ce blog de voyage dédié aux enfants vous propose des reportages ludiques aux quatre coins du globe. Passionnés de voyage et de culture, les Kids Trotteurs parcourent le monde à la découverte des biens et sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Nous avons décidé de leur offrir un coup de projecteur afin de vous faire découvrir leur passion du voyage et de la jeunesse !

Opodo  : Bonjour et merci de vous prêter au jeu de l’interview ! Tout d’abord, les Kids Trotteurs, c’est qui ?

Kids Trotteurs : Les Kids Trotteurs, c’est une équipe de 5 personnes. Nous (Clémence et Olivier) sommes un jeune couple de 26 et 29 ans. Nous sommes sur la route depuis avril 2012. Après avoir parcouru un bout d’Océanie, nous avons traversé l’Asie pour rejoindre le Moyen Orient. Nous sommes actuellement en train de découvrir les Amériques. Initiateurs du projet, notre rôle est d’écrire les scénarios et de réaliser le tournage des vidéos. Nous sommes accompagnés par trois copains : Nicolas, Georges et Alexandre qui, depuis la France, gèrent toute la partie de post-production (montage et création des bandes sons).

Opodo : D’où est venue cette envie de partager votre passion pour le patrimoine de l’Unesco ?

Kids Trotteurs : Au cours des mois précédents notre départ, et grâce à l’échange d’expériences avec d’autres voyageurs, nous avons pris conscience de l’importance d’avoir un fil conducteur sur un voyage de longue durée. Cela peut sembler fou, mais parfois, faire autre chose que « le touriste », c’est hyper agréable ! On a le sentiment de faire quelque chose de concret, de partager notre expérience, de donner un sens à notre aventure. Le choix de dédier nos vidéos à l’Unesco, c’est fait très naturellement. Les sites et les biens inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco sont uniques, variés, beaux et grandement liés à l’histoire. En plus, ils sont présents presque partout dans le monde. Bref, c’est le thème récurrent parfait pour notre initiative.

Opodo : Vous présentez votre démarche « comme une véritable invitation à la découverte, mais surtout un moment à partager en famille ». On retrouve également dans votre nom un rapport à la jeunesse, pourquoi cette approche ?

Kids Trotteurs : Nous avons toujours pris plaisir à regarder les émissions de voyage diffusées à la télévision. Malgré la diversité de l’offre nous avons remarqué que rien n’était dédié aux enfants (dans l’esprit de l’émission « C’est pas Sorcier  »). Pourtant les jeunes sont très curieux, se posent plein de questions sur le monde qui les entoure, on a donc décidé de leur dédier nos vidéos. Au-delà du patrimoine de l’UNESCO, nous abordons dans chaque épisode des sujets plus ou moins sérieux liés au pays dans lequel nous nous trouvons. On parle de culture, d’environnement, de géographie, bref des sujets qui peuvent créer discussions et débats… c’est là qu’entre en jeu la notion de partage en famille.

Opodo : N’est-il pas justement difficile d’allier vie de famille et voyage autour du monde ?

Kids Trotteurs : N’ayant pas d’enfant, nous ne sommes pas les personnes les mieux placées pour répondre à cette question… Mais une chose est sûre : des personnes qui parcourent le monde en famille sur une longue période, nous en croisons. De ce que l’on a pu voir, l’organisation est un peu différente (plus de réservations, moins de distance d’une traite, plus de temps dans une même ville), mais le résultat est probant ! Une expérience unique en son genre et surtout, totalement inoubliable pour toute la famille ! Une fois la problématique du financement résolue, il n’y a pas de doute, faire le tour du monde en famille c’est possible !

Opodo : N’avez-vous pas peur que votre passion du voyage donne des ailes un peu trop vite à vos enfants, si vous en avez ?

Kids Trotteurs : Mais au contraire, on espère bien donner des ailes à nos (futurs) enfants grâce aux voyages ! Pour nous voyager c’est apprendre, partager, s’adapter, respecter, grandir… des notions qui semblent primordiales pour des enfants.

Opodo  : Merci pour ces réponses ! Et pour terminer, quel est, selon vous, le site UNESCO le plus accessible aux familles ?

Kids Trotteurs  : Tous les sites de l’Unesco sont accessibles aux familles. La réelle difficulté quand on est sur place, c’est de mettre les informations à la portée des enfants ! (vous l’avez compris c’est ce que l’on essaye modestement de faire) Peut-être que les sites les plus accessibles pour eux sont ceux qu’ils connaissent à travers des univers qu’y leur sont coutumiers. La Grande Muraille de Chine qu’ils ont vu pour la première fois grâce à Lara Croft, les Pyramides d’Egypte qu’ils ont visitées avec Astérix et Obélix, la Cité de Pétra qu’ils ont traversée, torche à la main, sur le cheval d’Indiana Jones !


OhMyGlobe ! – Le blog de voyage d’Opodo

Catégories
Articles

Interview Marie-Julie Gagnon / Taxi-Brousse

Aujourd’hui, Opodo a décidé de vous faire découvrir une grande voyageuse : Marie-Julie Gagnon. Maman d’une fillette de 6 ans, Marie-Julie est aussi auteure, chroniqueuse, globe-trotteuse et « webomotrice », selon ses propres mots. Après sa participation à l’édition 2012 du Concours Oh My Globe avec son blog Taxi-brousse, nous avons décidé de lui offrir un coup de projecteur afin que vous puissiez découvrir sa passion du voyage et sa personnalité complexe plus en détails…

Aujourd’hui, Opodo a décidé de vous faire découvrir une grande voyageuse : Marie-Julie Gagnon. Maman d’une fillette de 6 ans, Marie-Julie est aussi auteure, chroniqueuse, globe-trotteuse et « webomotrice », selon ses propres mots. Après sa participation à l’édition 2012 du Concours Oh My Globe avec son blog Taxi-brousse, nous avons décidé de lui offrir un coup de projecteur afin que vous puissiez découvrir sa passion du voyage et sa personnalité complexe plus en détails…

Image fournie par Marie-Julie Gagnon

Opdo.fr : Marie-Julie, bonjour et merci de vous prêter au jeu de l’interview ! Pour commencer, pourriez-vous présenter à nos lecteurs votre vision du voyage (et de la vie ?), en quelques mots ?

Marie-Julie Gagnon : Sky is the limit ! Cliché, mais ça résume bien ma philosophie, tant pour les voyages que la vie en général. Pour moi, le monde se divise en deux groupes : ceux qui rêvent et se contentent de leur réalité, et ceux qui font de leur rêve leur réalité. J’ai toujours refusé d’appartenir au premier groupe… Ma seule limite est celle de la sécurité. Je ne prends pas de risques inutiles, à Montréal comme ailleurs dans le monde.

Opdo.fr : Vous êtes à la fois grande voyageuse et maman d’une petite fille… Comment faites-vous pour conjuguer ces deux facettes a priori incompatibles ?

Marie-Julie Gagnon : Ce que je peux ! Je l’admets, c’est un déchirement perpétuel. Ma zone de confort, moi, c’est dans le mouvement que je la trouve. J’ai aussi un grand besoin de solitude. Je pense que c’est grâce à mes voyages que j’arrive à trouver un certain équilibre à la maison. J’ai beau aimer ma fille de tout mon cœur : je trouve difficile de vivre dans un cadre familial 24h sur 24, sept jours sur sept, 365 jours par année. J’ai la chance d’avoir un mari compréhensif, mais il a ses limites lui aussi. Je tente donc de faire de courtes escapades régulièrement, en attendant de pouvoir reprendre la route pour de plus longues périodes. J’emmène aussi ma fille quand je peux (c’est plus difficile pour Chéri à cause du boulot). À 6 ans, elle a pris au moins une quarantaine d’avions… probablement plus.

Opdo.fr : Vous dites aimer le choc des cultures… Quel a été votre coup de cœur culturel le plus improbable au cours de vos nombreux voyages ?

Marie-Julie Gagnon : Le choc culturel, c’est ma drogue. J’aime être prise par surprise. Le plus souvent, il ne survient pas dans les destinations les plus exotiques, mais dans des endroits qu’on croit connaître. J’ai longtemps pensé que le plus grand choc était de se retrouver en minorité visible, mais je crois plutôt que c’est en minorité « audible ». Être entouré d’une foule et ne rien comprendre est pour moi à la fois déstabilisant et exaltant. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle j’ai adoré vivre en Asie. J’ai étudié le chinois, mais pas assez pour arriver à converser adéquatement. Je trouvais important de pouvoir communiquer, mais en même temps, j’appréciais la musique de ces sons qui ne faisaient pas vraiment de sens pour moi. Ça me manque tous les jours de ma vie. C’est difficile à expliquer…

Image fournie par Marie-Julie Gagnon

Opdo.fr : Toujours dans le paradoxe, vous animez une rubrique « Nomade sédentaire » sur votre blog. Pouvez-vous nous concocter un petit tour du monde culinaire sans quitter Montréal, la ville où vous résidez actuellement ?

Marie-Julie Gagnon : « Nomade sédentaire » est le titre d’une chanson popularisé par Kevin Parent ici il y a une vingtaine d’années. Le titre résume bien comment je me sens au quotidien, chez moi, dans une routine. Je suis nomade, intrinsèquement nomade. Je ne prends aucun plaisir à décorer la maison ni à acheter des meubles. Je convertis le prix de tout en billets d’avion, c’est terrible ! C’était quoi déjà la question ? Ah oui, la bouffe ! Il est vrai que nous sommes choyés à Montréal de ce côté. On trouve de nombreux restaurants indiens authentiques et à prix abordables dans le quartier Parc extension, mais j’avoue ne jamais y aller parce que c’est trop loin (je sais, c’est paradoxal ! D’autant plus que j’ADORE la cuisine indienne !). Nous avons d’excellents restaurants japonais. L’un de mes sushis bars favoris est Tri Express, sur le Plateau Mont-Royal. J’ai mangé une soupe bien relevée chez Big in Japan, rue St-Laurent, la semaine dernière. Parfaite pour les grands froids actuels ! Ayant vécu une bonne partie de ma vie adulte sur le Plateau Mont-Royal, plusieurs de mes restos préférés se trouvent encore dans ce quartier. Les deux qui me manquent le plus depuis que j’ai déménagé sont sans doute Thai grill, sur St-Laurent (pour sa soupe au lait de coco bien épicée), et Au Tarot, petit resto méditerranéen situé au coin des rues Berri et Marie-Anne Est (pour son couscous royal). Il m’arrive d’aller manger des dim sum dans le quartier chinois (à mon retour de Taïwan, où j’ai vécu un an et demi, j’y allais presque toutes les semaines !). J’ai eu un coup de cœur pour le resto chinois Mr Ma, en plein centre-ville (Place Ville-Marie), même s’il est hors de prix. Dans le Mile End, il y a un restaurant africain très bien qui s’appelle Keur Fatou. Sans oublier tous les bistros à l’européenne, que je fréquente un peu trop (étonnamment, au resto, j’oublie ma tendance à tout convertir en billets d’avion…) ! Dans le Vieux-Montréal, Helena, consacré à la cuisine portugaise, a séduit plusieurs de mes amis. J’avoue ne pas avoir été renversée, mais je n’y suis allée qu’une fois, un midi. Il faut par ailleurs que j’aille faire un saut chez Maïs, le nouveau resto mexicain dont tout le monde parle en ce moment. Nous avons aussi d’excellents restaurants italiens et quelques bons bars à tapas, mais je les fréquente très rarement.

Opdo.fr : A propos de nourriture, justement… De quel aliment exotique étrange êtes-vous finalement tombée en amour ?

Marie-Julie Gagnon : Le jongjunaicha (j’écris au son). Le thé aux perles original. Quand j’enseignais l’anglais à Taïwan, mes étudiants m’en apportaient presque tous les jours. Au début, je détestais. À la longue, je m’y suis habituée. Aujourd’hui, c’est surtout la nostalgie qui me pousse à en boire de temps en temps.

Opdo.fr : Et puisque les contraires s’attirent sur votre blog… Avez-vous déjà tenté le ski sur gazon ou les bains glacés des pays nordiques pendant vos vacances ?

Marie-Julie Gagnon : Je fréquente régulièrement les bains glacés à Montréal, au Québec et même ailleurs au Canada ! Le truc est de passer suffisamment de temps dans le bain de vapeur avant… 😉 Mes spas favoris qui proposent ce type d’expérience : Bota-Bota, spa-sur-l’eau et Scandinave les bains à Montréal, et Balnéa, dans les Cantons de l’est. Le ski sur gazon, par contre, jamais !

Opdo.fr : Marie-Julie Gagnon, merci pour ces réponses ! Pour terminer, dites-nous ce qu’il ne faut absolument pas vous souhaiter pour 2013… ?

Marie-Julie Gagnon : N’importe quoi qui m’empêcherait de passer du bon temps auprès des miens, de voyager ou de manger (et boire !) tout ce qui me fait envie.


OhMyGlobe ! – Le blog de voyage d’Opodo

Catégories
Articles

Interview de 100driiine du blog Reverdailleurs.com

Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir Sandrine (également connue sous le pseudo de 100driiine), amatrice de voyages, de photographie et créatrice du blog de voyage ReverDailleurs.com.
Bonjour Sandrine, comment organises-tu tes visites lorsque tu arrives dans une nouvelle ville ?
En premier lieu, je me procure une carte de la ville, de l’île ou du pays […]
Idées de voyages, bons plans et suggestion de vacances : blog de Thomas Cook

Catégories
Articles

Interview de Lucie du blog mytourduglobe.com

Après MatéCaro, Guizmo et Thibault, nous vous proposons aujourd’hui de découvrir le blog mytourduglobe.com tenu par Lucie, une française amatrice de voyage et expatriée à Londres depuis peu. Ce blog que Lucie décrit comme se situant “quelque part entre le blog de voyage et le blog d’expatriation” lui permet de conter son expérience d’expatriée en […]
Idées de voyages, bons plans et suggestion de vacances : blog de Thomas Cook