Skip to content

7 juillet 2016

Hong Kong, la démesure version asiatique

Lorsque l’on évoque la démesure, il va sans dire que la première destination à laquelle vous pensez est New York. « C’est haut » disait Gainsbourg ; des tours qui caressent le ciel, une ville qui avance à 100 à l’heure, le jour, la nuit, dont les habitants vivent à un rythme effréné.

Eh bien la grosse pomme a une petite sœur qui suit le même chemin, Hong Kong, HK pour les intimes.

Hong Kong

Comme son homologue occidentale, Hong Kong a su apprivoiser le littoral morcelé pour s’y développer et croître avec astuce. Les infrastructures deviennent des superstructures époustouflantes d’ingéniosité et de gigantisme. A plus forte raison quand on sait que l’espace y est limité : un cinquième seulement du territoire est constructible, il est donc compréhensible que la densité de population soit exceptionnellement élevée (plus de 30 000 hab/km² dans les zones habitées !) mais surtout que l’édification de la ville soit en elle-même un défi d’adaptation à un relief inhospitalier.

Tout commence avec l’aéroport international, une merveille de technologie d’à peine 10 ans qui relie la ville au reste du monde. Les axes de communication se sont affranchis des contraintes naturelles et c’est tantôt en surface, tantôt sous la mer de Chine qu’il faut se déplacer pour gagner le cœur de la ville, situé sur l’île de Hong Kong, à quelques centaines de mètres du continent.

A titre d’exemple, depuis l’aéroport situé sur l’île de Lantau il vous faudra monter à bord du MTR, le métro dernière génération de Hong Kong, très coûteux. Comptez 200 $ HK (soit  un peu plus de 18€) et 35 minutes de trajet pour joindre le centre ville sur l’île de HK. Pour payer moins cher vous pourrez aussi emprunter le bus, très bon marché (à peu près 40$ HK), et le ferry, le moyen de transport de prédilection pour joindre entre elles les nombreuses îles du territoire. Le taxi est lui aussi abordable.

Côté architecture non plus, la ville la plus débridée de Chine n’a rien à envier à sa sœur ainée. Les grattes ciels dernier cri s’alignent le long de la baie de Hong Kong, tout de verre et de métal vêtus et arborent les enseignes des plus grands groupes mondiaux : électronique et nouvelles technologies, finance, hôtellerie… une explosion de couleurs la nuit venue ! Un peu tape à l’œil, mais on ne peut s’empêcher d’avoir les yeux d’un enfant qui découvre Disneyland pour la première fois.

Vue sur Hong Kong
Car Hong Kong est devenue en quelques décennies une puissance mondiale sans conteste. Grâce à son modèle économique très libéré qui tranche avec le reste du pays, elle est, et de loin, la ville la plus riche de Chine. En contrepartie c’est aussi l’une des plus chères du monde comme en témoignent les prix de l’immobilier. Côté shopping hormis l’électronique qui est souvent plus accessible tout comme la nourriture, vous trouverez des prix relativement similaires aux autres grandes métropoles mondiales.

Ce qui est déconcertant dans cette citée surpeuplée réputée très polluée, c’est qu’elle semble tombée du ciel en plein cœur d’une végétation verdoyante et prolifique. Même au sein de la métropole, au pied même des géants de verre vous serez stupéfait de tomber sur le « poumon vert « du New York de l’orient : un parc botanique et zoologique qui se révèle être un véritable havre de paix.

La paix et la sagesse vous pourrez également les trouver sur une des îles alentours appelée Lantau. Accessible par ferry à quelques dizaines de minutes du centre ville vous y accosterez et partirez en pèlerinage – ou en bus – afin d’atteindre le point culminant de l’île sur lequel vous trouverez la statue de bouddha en bronze la plus grande de sa catégorie, et à son pied un temple, véritable lieu de recueillement et de spiritualité.

Autre paradoxe de la ville, c’est également sur cette île – la plus grande du territoire – que se trouve le parc de Disneyland… temple du consumérisme et de la dictature de la pensée. Par ailleurs si vous êtes amateur de sensations fortes, préférez Ocean Park, situé au sud de l’île de Hong Kong et qui offre des prestations supérieures pour un prix moins élevé.

Et la baignade dans tout ça ? Même si HK est plus réputée pour l’activité intensive de son port commercial que pour ses longues étendues de sable, vous aimerez Repulse Bay, une plage tout à fait charmante, qui, malgré son nom peu engageant (elle se traduit  « baie repoussante ») sera pour vous une bouffée d’air frais au milieu de l’atmosphère chaude et humide de la ville la moitié de l’année.

Plongeons maintenant à l’épicentre du quartier d’affaires. Le vertige s’empare de vous alors que vous levez les yeux au ciel et vous verrez successivement la tour de la Banque de Chine et ses asymétries, les tours Lippo à l’architecture labyrinthique, le Central Plaza et ses faux airs d’Empire State Building, et la Two International Financial Tower, plus haut gratte ciel de la ville… dont le modèle miniature est juste à côté ! Et ce n’est pas fini, un bâtiment plus haut encore est en construction. Pour profiter de la vue extraordinaire de ce quartier, rien de mieux que de faire un tour sur Victoria Peak – accessible en funiculaire – qui culmine à 552m et d’admirer cette valse inanimée de mastodontes. Un conseil : faites-le de jour ET de nuit !


Vue Hong Kong
Mais une fois ce quartier dépassé on se rend compte que la ville a finalement gardé toute sa modestie et même ses traditions cantonaises. Ainsi vous flânerez dans des ruelles aux étals offerts aux yeux de tous : poissons frais, volailles, porc, légumes et fruits exotiques encore jamais vus dans nos contrées, le tout dans une effervescence grisante. Rendez-vous dans le quartier Central. Vous découvrirez aussi des marchés spécialisés ; celui du jade (attention aux escroqueries, il y en a pour tous les prix, du simple au centuple !) celui des oiseaux

L’un des marchés les plus impressionnants se trouve dans le quartier de Kowloon (côté continent), à deux pas de Nathan Road qui brille de milles feux avec ses néons à perte de vue.

Le marché populaire de Temple Street qui ferme quotidiennement à minuit vous propose tout et n’importe quoi dans un décor de fourmilière, et bien entendu tout est  « Made in China » !

La multiculturalité s’exprime aussi au travers des habitudes culinaires et dans la même rue vous aurez à choisir entre le petit restaurant servant soupes de poisson, oreilles de porc, canard laqué, poulet grillé, le tout agrémenté de riz blanc ou nouilles… et les chaines de fast food avec leurs hamburger-frites, car les deux s’alternent le long des trottoirs.
Mais l’exemple le plus troublant de conflit entre tradition et modernité reste la façon dont les ouvriers construisent leurs skycrapers ; les échafaudages sont faits de… tiges de bambous. Imaginez-donc un immeuble culminant à plusieurs centaines de mètres de haut ceinturé par une structure végétale. Et ça tient !

Alors Hong Kong, le New York de l’orient ? Le débat est ouvert, mais s’il est sûr que les similitudes sont nombreuses historiquement, géographiquement et économiquement vous constaterez que peut être les deux villes n’empruntent pas la même route idéologique…

The post Hong Kong, la démesure version asiatique appeared first on Le Blog Voyage de GO Voyages.

Le Blog Voyage de GO Voyages

Partager sur :